CVT_Riquet-a-la-houppe_1615

Amélie Nothomb est l'un de mes auteurs préférés, j"aime son style et son originalité; je l'apprécie aussi en tant que personne. Ce livre est directement inspiré du conte éponyme de Charles Perrault, transposé dans le Paris de nos jours. Riquet se nomme Déodat et est ornithologue, la belle princesse s'appelle Trémière. Leur enfance et leur adolescence sont évoquées en parallèle, et à la fin arrive ce qui devait arriver...

Je ne peux m'empêcher de partager avec vous un extrait du livre qui m'a beaucoup plu, et représentatif, à mon avis, du maniement de la langue française par Amélie Nothomb.

"Il (Déodat) observait ce que Paris mettait à sa disposition: les pigeons et les piafs. Ces derniers le ravissaient:les moineaux, petits moines sautillant des trottoirs, hôtes légers du pavé, à l'impertinence gouailleuse, crève-la-faim à l'affût de l'aubaine, ils étaient les jeunes gens de Paris, et les moinettes étaient les jouvencelles parisiennes fières de leur minceur invétérée. Quant aux pigeons, le mépris dont ils étaient l'objet les identifiaient clairement aux Parisiens vieillissants. Etait-ce leur faute s'ils prenaient de l'âge, du ventre et des manières un peu lourdes? Vieillir à Paris engendraient plus de vexations qu'ailleurs. Encore heureux qu'il y ait des compensations: la joie avec laquelle le pigeon chie sur un monument le console du dédain des coquettes et des rafles de la police."