L'été est heureusement l'occasion de lire, et de découvrir de nouveaux auteurs et de nouveaux horizons. Voici les livres qui ont accompagné mon été.                                        

002

L'île des oubliés, de Victoria Hislop: c'est une saga familiale, qui met d'abord en scène une jeune Anglaise contemporaine, dont la mère est originaire de Crète, mais a coupé (presque) tout lien avec son pays d'origine. Elle décide de partir dans le village de sa famille maternelle, à la recherche du passé de sa mère et de ses aïeux. Elle va découvrir une histoire compliquée et secrète, dominée par la malédiction de la lèpre, dont a notamment été victime son arrière grand-mère. Celle-ci avait alors été exilée sur l'île de Spinalonga, qui fait face au village familial. 

Outre la saga familiale, j'ai découvert l'histoire de cette île, que je ne connaissais pas du tout, et qui fut véritablement une léproserie de 1903 à 1957. Des photos très émouvantes se trouvent sur différents sites sur internet.

 

 

 

 

 

001

Un père pour mes rêves, d'Alan Duff: Yank, un jeune maori, est le fruit des amours d'une maori et d'un GI durant la seconde guerre mondiale. Alors qu'il est adolescent, son père, retourné aux Etats-Unis, renoue avec sa mère et apprend qu'il a un fils. Celui-ci n'aura de cesse de partir aux Etats-Unis et de connaître son père. Mais c'est une époque où la ségrégation est de mise, et où le Ku Klux Klan dicte sa loi...

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai également lu Mary Ann en automne, d'Armistead Maupin, c'est en fait le 8ème tome des Chroniques de San Fransisco, que je n'ai pas encore lues... Je rattraperai cette lacune, mais ce tome se lit aussi très bien séparément, même s'il m'a sans aucun doute manqué des références; et le Peintre d'éventail, de Hubert Haddad: c'est un conte un peu fantastique sur le Japon d'hier et d'aujourd'hui, à travers l'histoire de personnages retirés volontairement dans une auberge perdue dans la montagne nippone.

J'ai pris beaucoup de plaisir avec ces lectures très variées, et je trouve que les lectures estivales ont une saveur particulière...